Mobile nav

Médias en lien

Enfants jetables

De prime abord, on se croirait devant l'un de ces innombrables et pathétiques défilés d'enfants dont les Américains sont si friands. À l'exception près que celui-ci se déroule dans une église. Très vite, on se rend compte, avec effroi, que les gamins qui se déhanchent sur le tapis, maquillés et habillés pour l'occasion, s'efforcent de se montrer sous leur meilleur jour pour trouver un acquéreur. Ou plutôt un parent. À Topton, en Pennsylvanie, une association organise annuellement un événement similaire pour proposer des garçons et des filles à l'adoption. Dans la salle, des adultes choisissent parmi les candidats, qui en sont parfois à leur troisième ou quatrième famille. Aux Etats-Unis, on peut adopter un enfant, puis s'en « débarrasser » en publiant simplement une petite annonce sur Internet. C'est ce qu'on appelle le « rehoming », la réadoption. 25'000 mineurs, soit un quart des adoptés, en font les frais chaque année.

Les différentes parties de ce reportages sont à visionner dans l'ordre de gauche à droite. Le sujet est spécialement "difficile" et à aborder du côté de l'éthique (rôle et valeurs d'une famille, valeur d'un enfant, valeur d'un être humain). Une discussion avec les élèves doit être envisagée après le reportage. Source : France 5 - Le monde en face du 12.04.2016.

Introduction (Durée : 3') -> Frank (Durée : 7') -> Mita (Durée : 11') -> Big Mama (Durée : 5') -> Conclusion (Durée : 3')

 

Premiers pas vers l'adoption pour les couples homosexuels (RTS 2014)

Les couples homosexuels devraient pouvoir adopter les enfants des partenaires. Le projet de réforme du droit de l'adoption présenté vendredi par le Conseil fédéral pourrait aussi concerner les concubins.

Le Conseil fédéral a mis en consultation vendredi une réforme générale du droit de l'adoption avec, comme mesure phare, la possibilité pour les couples homosexuels d'adopter les enfants des partenaires. Le gouvernement répond ainsi aux demandes exprimées par le Parlement.

La législation actuelle n'accorde le droit à l'adoption conjointe qu'aux couples mariés. Un époux peut adopter l'enfant de son conjoint s'il est marié avec ce dernier depuis cinq ans.

Une personne non mariée peut quant à elle adopter seule si elle a 35 ans révolus. Théoriquement, cette possibilité est donc aussi offerte aux homosexuels "célibataires". La loi interdit en revanche clairement l'adoption aux partenaires enregistrés.

Par ailleurs, si l'adoption a lieu hors du cadre du mariage, les liens de filiation antérieurs sont rompus. Si un concubin voulait adopter l'enfant de la femme avec laquelle il vit, il ferait ainsi perdre à celle-ci ses droits sur sa progéniture.

Tout cela devrait changer. Les personnes liées par un partenariat enregistré devraient pouvoir adopter l'enfant de leur partenaire. Selon le Conseil fédéral, cette mesure permettrait d'éliminer les inégalités de traitement et d'asseoir juridiquement les relations établies entre l'enfant et le partenaire de son parent biologique.

A titre de variante, il propose d'ouvrir aussi l'adoption conjointe aux concubins. Selon une enquête de 2011, plus de 10'000 couples en union libre élèvent des enfants.

La famille

Enfants jetables : sensibilités différentes d'un continent à l'autre concernant l'adoption

Accès Enseignant